"Rendez-vous aux jardins" suite...

Publié le par Frédéric L.

"Rendez-vous aux jardins" suite...

Le thème retenu cette année Les animaux au jardin invite à réfléchir aux rapports que l'homme entretient avec son environnement et avec la biodiversité. L'animal est une composante indispensable des jardins. Certains animaux peuvent être nuisibles (pyrale du buis, rongeurs, etc.) mais d'autres peuvent l'aider à entretenir le jardin (coccinelle, pollinisateurs, etc). Par ailleurs, les animaux peuvent être un élément d’ornement, comme le paon, ou un sujet récurrent de la statuaire.

Le Domaine de Beaubassin

Le jardin du Domaine de Beaubassin attend les visiteurs dans le cadre des rendez-vous aux jardins pour une découverte de ses rosiers bourbon anciens, de ses camélias centenaires, des azalées multicolores et de ses nombreuses plantes endémiques. Un espace sera consacré à la rencontre des animaux du Domaine.

Une animation sur le thème du bois de goyavier et du tressage de paniers sera présentée aux visiteurs avec des inscriptions possibles à des ateliers. Une intervenante accompagnera les visiteurs pour présenter les comestibles des jardins.

Niché dans les hauteurs de Saint-Denis, le domaine de Beaubassin reste encore peu connu. Son jardin magnifique, sa maison créole typique et ses dépendances valent le détour. Visite.

En passant le portail du domaine de Beaubassin, nous avons  le sentiment que le temps s’arrête. Nous sommes comme transporté dans une autre époque. Cette demeure, encore peu connue, est nichée dans les hauteurs de Saint-Denis, à Saint-François plus précisément. Avant que la belle case créole n’y soit construite entre 1863 et 1865, la propriété est connue sous le nom du Jardin du Mont Saint-François, jardin d’acclimatation.

Elle sert même de terrain d’expérience au célèbre botaniste Nicolas Bréon, celui-là même qui fut chargé d’aménager le Jardin de l’état. C’est en ces lieux qu’il cultive plantes et fleurs avant de les implanter au Jardin de l’état. C’est grâce à lui que l’on retrouve dans les allées ordonnées de Beaubassin des variétés de fleurs très rares, à l’instar du rosier de Bourbon ou encore du rosier Edouard. Des plantes bien évidemment conservées quand le domaine est racheté par Monsieur Mazérieux. C’est pour son fils, Alfred, ancien maire de Saint-Denis, qu’il fait bâtir la maison. Ce dernier s’y installe avec son épouse, Euphrasie Ozoux et leur fils adoptif, baptisé lui aussi Alfred. La maison passe ensuite aux mains de Maurice Ozoux, cousin d’Euphrasie, qui la rachète en 1948. Sa femme, Lydie, et lui, se montrent très généreux envers les habitants du quartier. Quand les cyclones ravagent l’île, ils n’hésitent pas à abriter leurs voisins dans l’une des dépendances. C’est même sous leur varangue qu’est installé le premier téléphone public. Cet esprit de partage, Monique Ozoux veut le perpétuer. Son mari Cyril, petit-fils de Maurice, connaît bien la maison pour y avoir passé ses vacances quand il était enfant.

Article complet ici : Le domaine de Beaubassin, Là où le temps s'arrête.

 
En 1805, sur un terrain lui appartenant, Fred Mazérieux décide de faire construire une maison pour son fils, Alfred Mazérieux*, dans laquelle ce dernier vivra avec son épouse, Euphrasie Ozoux, une cousine du grand-père de M. Ozoux lui-même, actuel propriétaire de la maison. Le couple formé par Alfred et Euphrasie n’aura pas de descendance et décidera d’adopter un jeune garçon qu’il baptisera Alfred, prénom du père, comme cela se faisait à l’époque. Alfred, second du nom, décédera à l’âge de 25 ans. Le grand-père de Cyril Ozoux, Maurice Ozoux**, vient très régulièrement dans cette maison rendre visite à sa cousine, Euphrasie car il adore cet endroit. Petit à petit, il tombe littéralement amoureux de la maison et finit par la racheter à Alfred Mazérieux et à sa cousine en 1948. Sans toucher ni à ses fondations ni à ses structures, Maurice Ozoux s’emploiera à moderniser cette maison, y amènera l’électricité et l’eau courante. Ingénieur agronome de métier, il attachera un soin particulier à l’architecture du jardin, au potager, aux plantes et fleurs qui viendront orner jusqu’à aujourd’hui les allées façonnées depuis des années. Cette maison a été une véritable révélation, 25 années durant, il y apportera tout le confort et l’esthétisme du domaine. Maurice et sa femme Lydie finiront leur vie à Saint-François d’Assise.
Les parents de Cyril n’ont jamais habité cette demeure, ils venaient rendre visite à ses grands-parents ou y passaient leurs vacances. Au décès de Lydie Ozoux en 1995, le terrain fut partagé et Cyril décida de reprendre la maison de Beaubassin. Il n’y habitera avec femme et enfants qu’en 2016, quelques mois après la disparition de sa propre mère.
*Alfred Mazerieux deviendra maire de Saint-Denis, à qui l’on doit le monument de la Victoire **Maurice Ozoux fut le premier président de la Chambre d’Agriculture à Saint-Denis et était le cousin germain de Louis Ozoux, médecin et célèbre poète de La Réunion.
 

Monique Ozoux, propriétaire du domaine de Beaubassin, s’exprime dans le journal télévisé d’Antenne Réunion, après le classement de son domaine aux monuments historiques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article