Les microbes mangeurs de déchets de plastique sont-ils une solution biotechnologique ?

Publié le par Frédéric L.

Les microbes mangeurs de déchets de plastique sont-ils une solution biotechnologique ?
Des chercheurs qui ont étudié de minuscules débris de matière plastique repêchés dans l'Atlantique nord ont pu constater qu'ils représentaient un asile plus solide et durable que le bois pour des colonies de micro-organismes. Leur transport sur des milliers de kilomètres peut être une menace pour les écosystèmes.
La plastisphère, nommée ainsi en 2014 par des chercheurs américains, est le biofilm qui se développe sur les débris en plastique. Ces objets flottants offrent en effet un support particulier au développement d'organismes. Ils perdurent dans l'environnement bien plus longtemps que le bois flotté, par exemple, et sont transportés sur des milliers de kilomètres. Aussi les morceaux de plastique peuvent-ils déplacer au gré des courants des espèces potentiellement exotiques ou nuisibles à des milliers de kilomètres, au risque de perturber gravement les écosystèmes.
 
Les microbes mangeurs de déchets de plastique sont-ils une solution biotechnologique ?
 
Les résultats publiés dans la revue Plos One montrent que les microplastiques de 1,5 à 24 millimètres présentent sur leur surface rugueuse des diatomées — des algues unicellulaires microscopiques —, parmi divers autres micro-organismes marins. 11 des 14 genres de ces diatomées sont pour la première fois identifiés sur des débris de plastique. Selon les scientifiques, ces micro-algues pourraient diminuer en surface la quantité de microplastique, dans le sens où leur poids croissant finirait par faire couler leur support. Cette chute de plastique dans les profondeurs des mers pourrait expliquer pourquoi le plastique flottant n'augmente pas autant que ce qui était attendu, supposent les chercheurs. Un phénomène qui déplace mais n'élimine pas pour autant les déchets de plastique de l'écosystème marin.

Commenter cet article