Humidité et moisissures

Publié le par Frédéric L.

Humidité et moisissures
L’humidité en tant que telle n’est pas nocive pour la santé. Cependant, Des taux d’humidité relative supérieurs à 50 % favorisent la présence et le développement des populations de moisissures et d'acariens qui sont responsables d’allergies. Un habitat humide peut très rapidement constituer un risque grave pour les sujets sensibles à l’humidité. Les maladies respiratoires, telles que les rhinites, troubles asthmatiques et autres sont fortement aggravées par la présence d’un taux élevé d’humidité dans le logement.
Vous avez des problèmes d’humidité dans votre maison ou votre appartement ? Il y a un moyen très facile et peu onéreux de fabriquer un déshumidificateur vous-même. Voyons comment.
Les moisissures
L'inhalation quotidienne et prolongée de spores de moisissures à l'intérieur d'une habitation, dans des pièces humides et peu ventilées, est très dangereuse pour la santé. Ce sont les spores de moisissures qui vont entrainer une détérioration de la santé des individus exposés (maladies respiratoires, évanouissements, somnolence, maux de tête, allergies, cancers …). C'est pourquoi les moisissures figurent parmi les des polluants de l'air les plus dangereux au sein de notre habitat.
Le terme de "moisissures" désigne tous les champignons microscopiques présents dans la nature et dans les maisons et appartements. Les moisissures sont des eucaryotes avec des noyaux typiques entourés d'une membrane et contenant des chromosomes. Ce caractère les différencie des bactéries qui sont des procaryotes avec un chromosome libre à l'intérieur de la cellule.
Les moisissures sont hétérotrophes car elles ne peuvent pas, à la différence des végétaux, synthétiser la matière organique à partir du gaz carbonique atmosphérique. Les moisissures doivent donc puiser dans le milieu ambiant : l'eau, les substances nutritives et les éléments minéraux qui sont nécessaires à la synthèse de leur propre matière. Les moisissures les absorbent à travers la paroi de leur appareil végétatif. On dit alors que les moisissures sont absorbotrophes.
Toutes les moisissures sont saprophytes, ce qui signifie qu'elles se développent sur et au détriment de matériaux inertes très variés comme les papiers, le bois ou les aliments en les dégradant. Certaines moisissures peuvent être "opportunistes", c'est à dire que, bien que naturellement saprophytes, les moisissures peuvent dans certains cas se comporter en parasites et se développer sur des organismes vivants animaux ou végétaux dont les défenses sont affaiblies, les tuer puis finalement, passer à un développement de type saprophyte.
Nous connaissons tous les moisissures pour leur effet d'altération des aliments. Dans la chaîne alimentaire, les moisissures sont des décomposeurs naturels indispensables. Comme tous les champignons, les moisissures se reproduisent en émettant des spores qui sont véhiculés pas l'air. Les spores de moisissures sont donc des polluants naturellement présents dans l'air. Ils deviennent potentiellement dangereux pour notre santé lorsqu'il y a prolifération à l'intérieur des habitations.
Les moisissures ont besoin de certaines conditions pour se développer à l'intérieur de notre habitat :
  • températures appropriées : entre 2 et 40 °C,
  • une source d'alimentation, c'est-à-dire tout ce qui est organique (fruits, légumes et autres aliments, livres, tapis, vêtements, bois, plâtre enduit de colle organique...),
  • une source d'humidité.
Le développement d'une moisissure comprend une phase végétative de croissance et de nutrition, et presque au même moment, une phase reproductive au cours de laquelle se forment des spores qui sont dispersés et véhiculés par l'air. La germination des spores est à l'origine de la forme végétative.
La biodiversité des champignons à l'intérieur des habitations est très grande. On dénombre environ 400 espèces de moisissures présentes dans l'environnement intérieur. Parmi elles, plus de 125 espèces appartenant à une vingtaine de genres sont fréquentes et couramment décelées dans l'habitat. En France, on estime que 85% des habitations sont contaminées par les genres Penicillium, Cladosporium et Aspergillus.
L'espèce C. sphaerospermum est présente dans 70% des logements se trouvant dans des régions tempérées. Selon les experts, cette moisissure est à l'origine des taux de contamination les plus élevés en particulier dans les chambres à coucher et dans les salles de bains, libérant dans l'air des concentrations de spores importantes et particulièrement toxiques.
Article complet :
Humidité et moisissures
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article